Aqua'Balades

Monaco – 22 février 2001

En vacances à 50km de Nice, je n’ai pas mis longtemps à me décider à passer une journée à Monaco, avec naturellement la visite au musée océanographique et son célèbre aquarium. Un vieux rêve qui devient réalité.

Le musée sur son rocher

La visite aura principalement porté sur l’aquarium et une séance de projection. La partie musée aura été visitée en très rapidement, car moins captivante, enfin en ce qui me concerne. De plus, ma petite famille en avait assez.

Le micro aquarium

La visite de l’aquarium a débuté par la salle de projection située au rez-de-chaussée. Comme me l’avait conseillé Hilario, j’ai assisté à la projection du micro aquarium. Cette présentation a pour objectif de faire découvrir le plancton.

Cette présentation commence par la projection de séquences vidéos réalisés durant plusieurs années, à l’aide de caméras implantées non loin du musée océanographique, à des profondeurs de -17 et -27m. Après cette projection, on assiste à la présentation de micro-aquariums, qui mesurent 1,5cm de coté et 2mm de profondeurs, avec une contenance de quelques millilitres d’eau de mer, placés sous un loupe binoculaire (agrandissement jusqu’à 3000 X) et éclairés par un système de fibre optique. La faible quantité d’eau présente contient plusieurs micro-organismes de 0,3 à 10 mm issus de plancton prélevé au large de l’aquarium. Ainsi, nous avons pu découvrir des organismes, de type crustacés, en les observant dans les moindres détails : battement de coeur et circulation sanguine, alimentation, reproduction, état larvaire… Tout cela nous est expliqué en détails par une biologiste, un peu grippé ce jour là, mais c’est le charme du direct. Mais savez vous ce qu’est le plancton ? En fait, il s’agit de l’ensemble des organismes aquatiques de toutes tailles qui flottent au seins des masses d’eau, au grès des courants.


Un nuage de Krills

Des Krills
La vidéo (mpeg – 700ko)

Le plancton dans le micro-aquarium
La vidéo (mpeg – 600ko)

L’aquarium tropical géant

Le premier aquarium à s’offrir à nous est située au niveau -1, avec une glace de 5,70 m de long par 2,75 m de hauteur, nous présentant au dessus de l’eau, certains dispositifs techniques (éclairages, passerelles…) et une vue plongeante sur un récif corallien. En fait, le bassin descend bien au dessous du niveau du sol, c’est à dire jusqu’au niveau -2 où le bac est toujours visible. En bas d’un escalier, au niveau -2, trois vues de plein pieds nous sont offertes :

  • une vue de 7,5 m par 3m (vue 4) présentant la partie inférieure du récif corallien, avec en arrière plan des poissons pélagiques.
  • une vue de 7,9 m par 5,90m, (vue 2) permettant de visualiser l’arrière de l’aquarium, avec de nombreux prédateurs de pleine eau
  • une dernière vue de 3m par 3m (vue 3) permettant de découvrir le bassin de manière latérale.

 

Cet aquarium géant a été ouvert fin 2000, après presque un an de travaux. En fait, cet aquarium est composé de 2 bassins séparés par une cloison translucide. Le premier bassin représente un récif corallien vivant dans lesquels sont présentés de nombreuses espèces de poissons et d’invertébrés. Le second bassin, le plus grand, présente un lagon peuplé de requins, raies, mérous, carangues, murènes et autres barracudas.

L’aquarium est donc tout simplement impressionnant :

  • 9,10 m de longueur,
  • 400m² d’eau
  • 6m de hauteur d’eau totale.
  • La plus grande vitre acrylique mesure 34 cm d’épaisseur, pour 19 tonnes.
  • L’ensemble pèse 600 tonnes
Schéma de l'aquarium géant (39ko)

 

Les morues
Vue n°1 au niveau -1 : le haut du récif
Un loup de mer.
Vue n°4 au niveau -2 : le récif
Le Mérou Grace Kelly (Chromileptes altivelis), un poissons de toute beauté, dans un bac tout aussi beau.
Vue n°3 : le lagon
Un aquarium tropical, habituels chez les aquariophiles spécialisés en eau de mer
Vue n° 2, mes enfants devant la plus grande glace

 

Les mers tropicales

Après être resté en admiration devant l’aquarium géant, je suis passé dans l’aile présentant les mers tropicales au travers une trentaine d’aquariums de toutes dimensions. Les bacs de cette zone sont intéressants par les espèces présentées, dont certaines sont bien connues des aquariophiles spécialisés en eau de mer, comme Ptérapogon kauderni et d’autres aux particularités impressionnantes, tel que Monocentris japonicus, qui contient des bactéries luminescentes.

 

Le diamant
Le célèbre et Ptérapogon kauderni, dont le mâle pratique l’incubation buccale (unique chez les poissons marins)

Monocentris japonicus, le poisson pomme de pin est doté de 2 poches contenant des bactéries luminescentes
Vu du dessus Vu à travers la bulle
A coté des requins
Rhinopias argoliba, la rascasse rouge tropicale
Le banc de thon
Dendrochirus zebra, un poissons scorpion

La zone méditerranéenne

Au travers plus de 30 aquariums de la zone méditerranéenne, j’ai pu découvrir certaines richesses de la mer Méditerranée (biotopes et faune en évolution permanente). Bien que j’ai trouvé les aquariums de cette zone moins attirant sur le plan esthétique, que dans la zone tropicale, l’aspect pédagogique était des plus intéressant.

 

Un banc de poissons bleutés, on suppose des demoiselles ?
Scorpaena notata posté attend patiemment une proie
Au-dessus du bassin à requins
Octopus vulgaris, le poulpe commun

Pour conclure

Cette visite m’a comblé, j’en suis ressorti un peu moins ignare, notamment sur le plancton sur lequel j’aurai beaucoup appris et la mer Méditerranée, que je ne connaissais pas vraiment.

Le musée océanographique ce n’est pas que des aquariums en présentation. De nombreux scientifiques travaillent derrière ces aquariums et la découverte de l’envers du décors doit être encore plus passionnante. Lors de ma prochaine visite, car j’y retournerai un jour, j’essaierai de visiter ce qui n’est pas présenté au public.

Si vous passez dans la région, je ne peux que vous conseiller de passer une demi-journée à visiter cet aquarium.
Pour plus d’information je vous conseiller de visiter la page du lagon sur le site de la principauté.

Une quantité et une diversité d'invertébré de tous genres
La tortue dans le bassin surnommé la retraite dorée,
qui accueille des espèces tant tropicales que méditerranéennes