Aqua'Balades

Visite chez Heinz Büscher

C’est dans le cadre de mon Swiss Cichlid tour, que j’ai eu l’occasion de rendre visite à ce grand monsieur, en compagnie des copains.

Lien Swiss cichlid tour

Le dimanche 7 décembre 2008, c’est avec Steve Jérôme, Benoît, Laurent et Vincent que nous sommes rendu à Bâle, Heinz Büscher. Arrivé sur place, la maison était facilement identifiable parmi les autres.

Heinz  nous attendait et il nous a directement emmené dans son sous sol qui abrite de véritables trésors. Un accueil et un monsieur super gentil et chaleureux !

Mais qui est cet homme ?

Autodidacte, Heinz Büscher n’a aucun titre universitaire, mais n’en demeure pas moins connu du monde scientifique du monde entier. Laborantin en biologie, retraité de chez Sandoz-Novartis, il s’est intéressé très tôt pour les cichlidés du lac Tanganyika. Il y a effectué près de 25 voyages de plusieurs semaines depuis 1981. le dernier date de quelques semaines avec environ 80 heures de plongée ! Son travail contribue à la compréhension de la faune du lac Tanganyika, sur laquelle il a sorti plus de 80 publications. Heinz a décrit de nombreuses espèces de poissons et en a découvert également de nombreuses nouvelles. Pour rendre hommage a son travail, certaines espèces ont été décrites en son honneur.


Steve Jérômes, Laurent et Vincent pendus aux explications de Heinz

Parmi les espèces décrites par Heinz, on peut citer : Cyprichromis pavo, Neolamprologus bifasciatus, Neolamprologus helianthus, Neolamprologus marunguensis, Neolamprologus meleagris, Neolamprologus nigriventris, Neolamprologus pectoralis, Neolamprologus similis, Neolamprologus speciosius, Neolamprologus variostigma, Neolamprologus ventralis, Xenotilapia papilio,
Parmis les espèces qu’il a découverte, on peut citer Julidochromis sp. korosha, Julidochromis sp., Xenotilapia sp. fluorescent green et surtout Neolamprologus buescheri (Staeck 1983), qui a été nommé en son honneur.

Mais retour sur la visite !

Son sous sol comprend de nombreux bacs, dans tous les sens et de toutes les tailles. Les bacs ne sont pas tout jeunes, mais en parfait état. L’aquariophile non averti serai surpris du coté très bio des aquariums où l’on peut voir des algues partout. Rien à voir avec certains aquariums stériles dont on a l’habitude. Dans certains bacs, on ne voit même pas à travers les vitres, ce qui m’a pénaliser dans la prise de vue de nombreuses espèces. Mais l’important est là : les poissons maintenus pètent la forme, sont beaux et se reproduisent. Certains poissons sont même là depuis une quinzaine d’années.

Outre les aquariums, la pièce comprend du matériel d’observation scientifiques et des caisses avec divers matériels et des spécimens maintenus dans du formol.

Dans un coin, on peut même découvrir un bacs avec des mollusques du lac, qui vivent dans de la vase faite maison. Pour les nourrir, il utilise un tube en verre d’une dizaine de 10 cm de diamètre, sur 20 de haut, dans lequel il introduit des algues qu’il racle sur les glaces des aquariums (ce qui permet d’avoir quelques glaces propres).  Il effectue un mélange dans le tube, en mettant en suspension le substrat, sans que cela interfère avec le reste du bac. Une fois le sédiment reposé au sol, il lève délicatement le tube et le déplace en un autre endroit du bac. Ainsi, la vase libérée comprend des nutriments pour les espèces maintenues. Et ça marche !

 

 


ça j’ai pas noté le nom, mais ils vivent assez profondément dans le lac…. il y avait également une autre espèce…..

Cette visite et cette rencontre m’ont impressioné, tant par l’homme, que par ses connaissances, son travail et les souches qu’il maintient. Heinz est un brillant exemple de l’importance de l’esprit d’initiative dans la recherche scientifique.


Photo souvenir sur le péron de sa demeure, avec les copains. Tient, on a perdu Benoît !