Cichlidés du Lac Malawi

Mylochromis plagiotaenia

Mylochromis plagiotaenia (Regan, 1922)

Systématique & taxinomie

Description originale : Regan, Charles T.; 1922; « The Cichlid Fishes of Lake Nyassa »; Proceedings of the Zoological Society of London; 1921 (pt 4) n. 36; pp. 675-727.

L’espèce a été décrite à partir de du lectotype BMNH 1908.10.27.76 (désigné par Eccles & Trewavas en 1989) et les paralectotypes BMNH 1908.10.27.77 à 82, dont le lieux de pêche n’est pas connu.

Synonymes :

  • Haplochromis plagiotaenia Regan, 1922
  • Cyrtocara plagiotaenia (Regan, 1922)
  • Maravichromis plagiotaenia (Regan, 1922)

Etymologie : Le nom d’espèce vient du latin avec « plagio », qui signifie voler ou spolier et « taenia », qui signifie bande.

Mylochromis plagiotaenia (Club aquariophile de Vernon, septembre 2009)
Mylochromis plagiotaenia (Club aquariophile de Vernon, septembre 2009)

L’espèce

Mylochromis plagiotaenia est un petit haplochrominien d’une douzaine de centimètres. Il possède la bande oblique caractéristique du genre, qui peut être plus ou moins apparentes, et parfois morcelée en une dizaine de tâches. Son patron mélanique présente des reflets colorés, avec du bleux et du vert sur les flac, alors que le tête reste brun verdatre, ainsi que la base de la nageoires dorsale.Distribution et habitat

Mylochromis plagiotaenia est rencontré sur les côtes sud et sud-est du lac, où il occupe dans les baies sédimentaires peu profondes, des zones plantées.Reproduction

Dans le milieu nbaturel, Mylochromis plagiotaenia semble se reproduire toute l’année, bien que les mâles en reproduction semblent plus nombreux en novembre et décembre. Le mâle construit son site de ponte en nettoyant le sable sur une dizaine de centimètre dans les zones plantées ou plus grand près d’un rocher ou autre objet tombé dans l’eau. Cette petite zone de sable ainsi nettoyée devient bien visible pour attirer les femelles, qui, lorsqu’elles sont en incubation, se regroupent près du sable. 

Mylochromis plagiotaenia (Chez moi, octobre 2007)
Mylochromis plagiotaenia (Chez moi, octobre 2007)
Mylochromis plagiotaenia (Chez moi, septembre 2010)
Mylochromis plagiotaenia (Chez moi, septembre 2010)

Maintenance et expérience en aquarium

Le comportement interspécifique ne pose pas de problème. En intraspécifique, le mâle dominant a tendance à pourchasser les autres mâles, mais véritable affrontement. C’est une belle espèce, peu courante en aquarium qui mérite pourtant sa place dans des bacs à partir de 450 litres.

J’ai fais l’acquisition d’un premier trio en lors du congrès d’Arlon en 2007, qui fut rejoint par un second groupe de 5 spécimens acquis au congrès AFC 2007 de Vichy, tous les spécimens provenant de chez P. Hotton. Rapidement, le groupe à rejoint un aquarium de 600 litres orienté sur la maintenance d’espèce originaire des baies sédimentaires. Le bac comprend un décor composé de quelques roches servant de refuge et de sable très fin dans lequel a pris place des pieds Cryptocoryne. Les Mylochromis cohabitent avec un groupe d’Hemitilapia oxyrhyncha et un trio de Dimidiochromis compressiceps. J’ai régulièrement eu des femelles en incubation, mais sans observer le moindre simulacre de reproduction. Quelques jeunes ont été récupérés pour être diffusés.

En 2008, trois  spécimens, qui se sont révélés, avec le temps, être 2 mâles et une femelle ont rejoint l’aquarium de 3000 litres du club aquariophile de Vernon. Rapidement, un mâle a pris le dessus de l’autre. En mai 2010, j’ai pu observer le mâle dominant en pleine phase de construction et de défense d’un site de ponte. Celui-ci a été réalisé dans l’angle du coté gauche et de la façade avant du bac, en forme d’un quart de cratère. Durant plusieurs jours, le mâle a passer son temps à entretenir le nid, en extrayant du sable de l’angle qu’il recrachait sur le pourtour du site. Régulièrement, il prenait en chasse les autres cichlidés qui tentaient de s’approcher du bac. Pour ces derniers, il n’était pas facile de se positionner, car à l’opposé du bac, le mâle Hemitilapia oxyrhyncha défendait aussi un site de ponte. Je n’ai pas observé la femelle en incubation, qui depuis est demeurée introuvable dans le bac. Peut-être a t’elle été épuisée par le mâle et/ou malmenée par les autres espèces.

Mon club aquariophile a fait également l’aquisition de la mâme espèce, durant la même période et j’ai pu observer et photographier la construction et l’entretien du site de ponte.

Mylochromis plagiotaenia, mâle entretenant son site de ponte (Club aquariophile de Vernon, mai 2010)
Mylochromis plagiotaenia, mâle entretenant son site de ponte (
(Club aquariophile de Vernon, mai 2010)

Bibliographie

  • Ad Konings – Les Cichlidés du Malawi dans leur milieu naturel – 4ème édition – Cichlid Press – p. 292
  • Ad Konings – Les Cichlidés du Malawi dans leur milieu naturel – 3ème édition – Cichlid Press – p. 321
  • Ad Konings – Les Cichlidés du Malawi dans leur milieu naturel – 2ème édition – Cichlid Press – p. 230
  • C. Tridon – Les Mylochromis – RFC n° 173, novembre 1997 – Association France Cichlid

Autres ressources sur le Web

Mylochromis plagiotaenia (Club aquariophile de Vernon, mai 2010)
Mylochromis plagiotaenia (Club aquariophile de Vernon, mai 2010)