Cichlidés du Lac Malawi

Pseudotropheus sp. « polit »

Pseudotropheus sp. « polit » est une espèce non décrite, attribuée au genre Pseudotropheus et nommée provisoirement par Ribbink et al., en 1983.

Le patron mélanique des mâles est blancs légèrement bleuté, avec des barres bleus très légèrement marquées. Sa tête est bleu foncé à noire avec deux barres inter-orbitaires bleu. Las nageoire dorsale et caudale sont de la même couleur que le patron mélanique, avec de la la membrane inter-rayons devenant transparente à partir du pédoncule caudal. La nageoire anale est de la même couleur, avec une bande submarginale de couleur noire et 2 à 4 ocelles. Les nageoires pelviennes sont noires avec une bordure extérieure blanche. Les femelles ont un patron mélanique gris-brun terne et peuvent être dificile à distinguer des femelles d’autres espèces de mbun similaires, comme Pseudotropheus perspicax. Lorsque les mâles sont soumis à un stress, ils ont la capacité de changer de couleur presque instantanément du bleu-blanc au gris-brun terne des femelles.

Pseudotropheus sp. « polit » atteint 7 à 8 cm de longueur pour les mâles, les femelles étant légèrement plus petites. Son museau est court et large, avec des dents bicuspides.

Distribution et habitat

Pseudotropheus sp. « polit » semble être présent uniquement dans les environs de Lion’s Cove, au Malawi. Il occupe l’habitat rocheux, à des profondeurs comprises entre 5 et 12 m. Il est parfois rencontré dans l’habitat intermédiaire, à des profondeurs allant jusqu’à 25 m.

Comportement, alimentation et reproduction

Pseudotropheus sp. « polit » se nourris de la couverture biologique sur les rochers (Aufwuchs et particules détritiques accumulée).

Les mâles Pseudotropheus sp. « polit » sont territoriaux et défendent leur territoire en chassant agressivement les intrus. Les femelles sont solitaires et se déplace au travers leur habitat. Pseudotropheus sp. « polit » est une espèce lithophile. La ponte a lieu dans une cavité creusée sous un rocher par le mâle. Celui-ci y attire les femelles en faisant frétiller son corps. La ponte se déroule de la façon classique de la position dite en « T », prise alternativement par le mâle et la femelle. Les œufs sont pris en bouche immédiatement après avoir été pondus, la fécondation ayant lieu dans la cavité buccale de la femelle. Une fois la ponte terminée, la femelle quitte le site de ponte et se retire dans un abris entre les rochers, pendant la phase d’incubation.

Maintenance en aquarium

Pseudotropheus sp. «polit» est une espèce facile à maintenir, malgré son caractère son caractère bien trempé. Il peut être maintenu en trio (1 mâle et deux femelles), dans un aquarium de 400 litres minimum. Pour maintenir plusieurs mâle, à partir de trois, il conviendra d’envisager un aquarium beaucoup plus grand. Le décors doit être principalement rocheux, les roches reposant directement sur la glace de fond, pour éviter tout effondrement lors des travaux de sape des mâles. La cohabitation avec des espèces proches, pouvant pouvant entrer en compétition, telles que Pseudotropheus minutus est Pseudotropheus perspicax, est à proscrire.

J’ai maintenu un trio de cette espèces durant plusieurs années dans aquarium de 450 litres, sans soucis particulier. Il n’y avait pas d’espèces proches et ils ont cohabité sans problèmes avec des Labidochromis caeruleus et Sciaenochromis fryeri notamment.

Bibliographie

  • Ad Konings – Les Cichlidés du Malawi dans leur milieu naturel – 4ème édition – Cichlid Press – p. 97 [Pseudotropheus sp. « polit »]
  • Ad Konings – Les Cichlidés du Malawi dans leur milieu naturel – 3ème édition – Cichlid Press – p. 87 et 90 [Pseudotropheus sp. « polit »]
  • Ad Konings – Les Cichlidés du Malawi dans leur milieu naturel – 2ème édition – Cichlid Press – p. 87 et 156 [Pseudotropheus sp. « polit »]
  • Ad Konings – Le guide Back to Nature des Cichlidés du Malawi – 2ème édition – Cichlid Press – p. 175 [Pseudotropheus sp. « polit »]
  • Ribbink, A.J., B.A. Marsh, A.C. Marsh, A.C. Ribbink, and B.J. Sharp. 1983. A preliminary survey of the cichlid fishes of rocky habitats in Lake Malawi. South African Journal of Zoology 18: 149-310 – p. 200

Plus d’information sur le Web


Editions de l’article

07/11/2003 : Edition initiale de la page avec une unique photo
28/08/2004 : Remplacement de la photo et ajout de photos in-situ, réalisées par Gwenaël
23/11/2020 : Reprise de l’article et ajout de photos et de contenu

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.