Cichlidés du Lac Malawi

Lethrinops sp. « Red Cap » »

Lethrinops sp « red cap », est une espèce de Cichlidé du lac Malawi, non décrite à ce jour et découverte dans les années 1990, à Itungi, à l’extrême nord du lac Malawi, en Tanzanie. Il occupe l’habitat intermédiaire peu profond, , entre 10 et 20 m. Il mesure une douzaine de centimètre de longueur. Le dessus de le tête est rouge, d’où son nom provisoire.

Mon expérience

J’ai acquis mes premiers spécimens en janvier 2004. D’une dizaine de centimètre de longueur, ils étaient tout gris. Passés quelques jour, je pouvais deviner un fin liseré rouge dans la partie supérieure de la nageoire dorsale. Après 4 mois de maintenance, il a commencé à avoir une tache brun rouge sur le front et ces flancs présentaient des reflets verdâtre. Pendant toute cette période, le mâle a passé son temps à poursuivre sa femelle, plus petite, que cela ne semblait pas gêner.

Reproduction

Lethrinops sp « Red Cap » est un incubateur buccal maternel, présentant le comportement typique de la majorité des Cichlidés du lac Malawi.

Les spécimens que je maintiens, ne se reproduisent pas souvent, mais par deux fois, j’ai eu droit à des spectacles inoubliables.

Le 20 mars 2005, la femelle venait de lâcher ses jeunes dans le bac dans lequel je l’avais isolée. Elle restait positionnée au-dessus du nuage d’alevins, en suivant les déplacements de celui-ci. Trouvant ça génial, je suis allé chercher mon appareil photo. Me voyant arriver avec mon appareil, elle s’est précipité vers ses petits, pour les reprendre en bouche, ou presque. Je suis resté bouche bée et, le temps de régler l’appareil photo, il ne restait plus qu’un alevin à l’extérieur de la cavité buccale. Les soins ont ainsi duré pendant 3 jours. Après, voyant le nombre de jeunes diminuer, j’en ai déduit qu’ils servaient de nourriture à la mère qui et je me suis résigner à la remettre dans son bac habituel.

Un an plus tard, le 24 mars 2006, j’ai eu l’occasion d’assister à un spectacle fabuleux : une séance repro.

Dans un premier temps, j’ai été surpris à de voir le mâle Lethrinops en conflit avec mon mâle Placidochromis phenochilus de Mdoka, avec des couleurs comme ils n’en avaient jamais arboré. Après avoir éloigné l’intrus, le mâle Lethrinops est allé retrouver sa femelle. J’ai ainsi pu les observer en train de frayer. Le mâle n’avait pas édifié de site de ponte. Rapidement, le Placidochromis est revenu à la charge, se faufilant entre les deux partenaires pour piquer l’œuf qui venait juste d’être pondu.

Je suis aller chercher mon appareil photo. Ensuite, j’ai pêché le Placidochromis, qui allait devoir rester isolé dans une grande épuisette suspendue dans le bac. Une fois tranquille, le couple de Letrinops a pu reprendre ses ébats, pendant près de 2 heures. La reproduction a eu lieu sans que le mâle réalise un site de ponte particulier.

Je rêvais d’assister à un tel spectacle et là, j’étais comblé.

Durant trois semaines, la femelle, isolée dans un aquarium spécifique, a incubé ses œufs, puis les alevins. Dès que ces derniers ont été lâchés, la femelle ne s’en préoccupait que pour en gober un à l’occasion. Je l’ai donc remise dans son aquarium d’origine, laissant les jeunes croître à leur rythme.

Plus d’informations

Bibliographie

  • Ad Konings – Les Cichlidés du Malawi dans leur milieu naturel – 2007, 4ème édition, p. 372

Sur le web

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Lien_AFC.png.
Editions de l’article :
29 novembre 2007 : Edition initiale de l’article
8 avril 2020 : Reprise légère de l’article et ajout d'une cartographie et d'une photo (Aquabeek 2009).

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *