Cichlidés du Lac Malawi

Lethrinops sp. « Red Cap Tanzania »

Lethrinops sp. « Red Cap Tanzania » est une espèce découverte dans les années 1990 en Tanzanie, à l’extrème nord du lac Malawi. Il mesure une douzaine de centimètre de longueur. Le dessus de le tête est est rouge, ce qui lui a donné son nom.

Lethrinops sp. "Red Cap Tanzania", mâle (chez gilles Garrier, novembre 2007)
Lethrinops sp. « Red Cap Tanzania », mâle (chez gilles Garrier, novembre 2007)

Mon expérience

J’ai acquis mes premiers spécimens en janvier 2004. Avec une longueur d’une dizaine de centimètre, ils étaient tout gris. Au bout de quelques jour, je pouvais deviner un fin liseré rouge dans la partie supérieure de la nageoire dorsale. Après 4 mois de maintenance, il a commencé a avoir une tache brun rouge sur le front et ces flancs présentaient des reflets verdâtre. Pendant toute cette période, le mâle a passé son temps à courser sa femelle, plus petite, que cela ne semblait pas gêner.

Lethrinops sp. "Red Cap Tanzania", mâle (chez moi, juin 2004)
Lethrinops sp. « Red Cap Tanzania », mâle (chez moi, juin 2004)

Reproduction

Lethrinops sp « Red Cap Tanzania » est un incubateur buccal maternel, présentant le comportement typique de la majorité des Cichlidés du lac Malawi.

Les spécimens que je maintiens, ne se reproduisent pas souvent, mais par deux fois j’ai eu droit à des spectacles inoubliables.

Le 20 mars 2005, la femelle venait de lâcher ses jeunes dans le bac dans lequel je l’avais isolée. Elle restait positionnée au-dessus du nuage que formait sa progéniture, en suivant les déplacements de celui-ci. Trouvant ça génial, je suis allé chercher mon appareil photo. Me voyant arriver avec mon appareil, elle s’est précipité vers ses petits les reprenant tous en bouche, ou presque. Je suis resté bouche bée, même pas le temps de régler l’appareil photo, et il ne restait plus qu’un alevin à l’extérieur de la cavité buccale. Les soins ont ainsi duré pendant 3 jours. Après, voyant le nombre de jeunes diminuer, j’en ai déduit qu’ils servaient de nourriture à la mère qui et je me suis résigner à la remettre dans son bac habituel.

Le 24 mars 2006, j’ai eu l’occasion d’assister à un spectacle fabuleux : une séance repro.
Dans un premier temps, j’ai été surpris à de voir le mâle en conflit avec mon mâle Placidochromis phenochilus de Mdoka, avec des couleurs comme ils n’en avaient jamais arboré. Après avoir éloigné l’intrus, le mâle Lethrinops est allé retrouver sa femelle et là, j’ai pu les observer en train de frayer, mais très peu de temps, jusqu’à ce que l’intrus revienne, se faufilant entre les deux partenaires pour piquer l’oeuf qui venait juste d’être pondu.
Sans hésiter, j’ai commencé par courir chercher mon appareil photo. Ensuite, j’ai du pêcher le Placidochromis, qui allait rester isolé dans une grande épuisette suspendue dans le bac. Une fois tranquille, le couple de Letrinops a pu reprendre des ébats, pendant près de 2 heures.
Je rêvais d’assister à un tel spectacle et là, je fut comblé.

Autres ressources sur le web