Cichlidés du Lac Malawi

Aulonocara

Le genre Aulonocara Regan, 1922

Description

Description officielle du genre : Regan, C. T. 1922 (janvier)  – The cichlid fishes of Lake Nyassa. Proceedings of the General Meetings for Scientific Business of the Zoological Society of London 1921 (pt 4) (no. 36): 675-727, Pls. 1-6.

L’espèce type est Aulonocara nyassae Regan, 1922. Aulonocara est un genre neutre, indifféremment féminin ou masculin.

Aulonocara nyassae, holotype (BMNH 1921.9.6:220). tiré de Regan, 1922 (planche V, fig. 1)
Illustration Aulonocara nyassae, l’espèce type, tiré de Regan, 1922 (planche V, fig. 1)

Etymologiquement, le nom du genre vient de « aulon » qui signifie « canal » et « kara » pour la « tête », en référence à la présence des canaux sur la tête.

Le genre

Le genre Aulonocara est endémique du lac Malawi. Il possède certainement un ancêtre commun avec les Lethrinops et Alticopus, avec qui ils formeraient un groupe intermédiaire entre les Mbunas et les Haplochrominien, certains pensant même qu’il soit plus proche des Mbunas que des Haplos.

Aulonocara nyassae, fraichement capturé à Mazinzi Reef (photo Ad Konings)
Aulonocara nyassae, fraichement capturé à Mazinzi Reef (photo Ad Konings)

Les Aulonocara sont caractérisés par la présences de pores (ouvertures) hypertrophiés sur le crâne et les joues. Ces pores sont vraisemblablement reliés avec les terminaisons de la ligne latérale, complétant le système de détection des pressions. Les genres Alticorpus et Trematocranus possèdent également des « oreilles » du même type. Ces organes sont utilisés pour détecter des proies et aucune espèce ne les a développé comme système d’alarme leur permettant de détecter des prédateurs à une distance plus importante que la normale.

Le patron mélanique est discret et composé de barres, qui selon l’humeur sont plus ou moins prononcées. La couleur dominante est le bleu, parfois le jaune. Les femelles, légèrement plus petite que les mâles, sont grises à brunes, avec quelques marques spécifiques.
De nombreuses espèces présentent de nombreuses variétés géographiques, principalement chez Aulonocara stuartgranti et Aulonocara jacobfreibergi.

Certaines espèces ont une position incertaine dans le genre : Aulonocara auditor , Au. brevirostris et Au. trematocephala. De nombreuses espèces restent à décrire scientifiquement.

Habitat

Les Aulonocara sont répartis en 2 groupes d’espèces en fonction de leur habitats.

Le premier groupe comprend les espèces sabulicoles, vivant sur les fonds sablonneux et rarement rencontrés sur les fonds mixtes (zone intermédiaire), comme Aulonocara aquilonium, Aulonocara brevinidus, Aulonocara gertrudae, Aulonocara guentheri, Aulonocara nyassae (l’espèce type), Au. rostratum, Au. sp. « nyassae mumbo », Aulonocara sp. « pyramid », ainsi que Aulonocara auditor dont la position dans le genre est incertaine. Les espèces de ce groupe sont les plus grands, avec une longueur pouvant atteindre 12 à 20 cm. Leurs pores sensoriels suborbitaires sont plus développés que pour le second groupe.

Le second groupe est composé d’espèces pétricoles, principalement inféodées à l’habitat intermédiaire et sa zone rocheuse. Ce groupe peut également être séparé avec les espèces cavernicoles (Aulonocara jacobfreibergi) et les espèces de la zone mixte.
Plus petites (de 10 à 13 cm dans la nature), les espèces pétricoles sont nettement plus distribuées dans le commerce aquariophile que les espèces sabulicoles.

Aulonocara jacobfreibergi , variété de Otter Point (Congès AFC 2004)
Aulonocara jacobfreibergi , variété de Otter Point (Congès AFC 2004)

Alimentation

Les Aulonocara se nourrissent de petits crustacés ou larves d’insectes. Comme un sonar, les pores céphaliques leur permettent de détecter le moindre mouvement perceptible dans le sable. Dans leur milieu naturel, les Aulonocara se nourrissent donc en « écoutant » le substrat qui jonche leur habitat. Ils restent immobiles pendant plusieurs minutes à quelques centimètres du sol et dès qu’ils repèrent (« entendent ») un petit crustacé ou une larve d’insecte, ils plongent la tête dans le sol et attrapent leur proie. En mâchant, la bouchée de sable est séparée de la proie et expulsée par les ouïes ou recrachée.
En aquarium, ce comportement n’est pas reproduit, certainement en l’absence de proies ensablées. Bien qu’ils acceptent tout type de nourriture, les nourritures à bases de petits crustacés (artémias, krill, mysis, daphnies..) sont à privilégier. Ils seront nourris parcimonieusement.

Maintenance et comportement

La maintenance s’effectue dans des bacs d’au moins 250 litres, une base de 100×60 est idéal. Le décor doit être typique du bac Malawi, avec une ou plusieurs zones rocheuses et des plages de sable fin. La mise en place de plantes ne pose pas de problèmes, ces dernières n’étant pas malmenées par les espèces du genre.

En général, les Aulonocara ont un comportement interspécifique calme. Toutefois, Aulonocara. jacobfeibergi pourra avoir un comportement affirmé vis avis d’autres espèces. Pour éviter tout stress, la cohabitation s’effectuera de préférence avec des non-mbunas calmes (Copadichromis, Letrinops, Othopharynx, Protomelas…). Sinon, il conviendra de porter une attention sur le choix des Mbunas en s’orientant sur des espèces peu turbulentes (Maylandia livingstonii par exemple).
Le comportement inter-spécifique est plus affirmé, notamment entre mâles. Même si parfois il ne sont pas très doux, ils n’ont pas un réel comportement agressif. Un mâle sera maintenu en compagnie de plusieurs femelles, surtout pour les espèces les plus vives. Les espèces à faire cohabiter doivent être choisies avec des patrons mélaniques très différents, tant pour les mêles que pour les femelles.

Les Aulonocara sont sensibles aux fortes chaleurs et supportent mal une température supérieure à 30°. Par contre, ils tolèrent bien une baisse de température jusqu’à 15°. Une régulation de la température, entre 22 et 25° lui conviendra très bien. Et une attention particulière sera à porter l’été, en période de canicule. Un refroidissement de l’eau peut s’avérer nécessaire, voir déplacer les poissons dans un bac situé dans un local plus frai (cave).

Reproduction

Comme il est de coutumes chez les Cichlidés du lac, les espèces du genre Aulonocara sont des incubateurs buccaux maternels. La ponte a lieu en T.
Comme c’est le cas chez de nombreuses espèces proches, il faut faire attention au risque d’hybridation, surtout avec les femelles de certaines espèces qui peuvent facilement êtres confondues.

Listes d’espèces

Noms d’espèces décrites valides

Noms d’espèces mis en synonymie

  • Aulonocara auditor (non Trewavas, 1935) >>> Aulonocara aquilonium Konings, 1995
  • Aulonocara auditor (non Trewavas, 1935) >>> Aulonocara hueseri Meyer, Riehl, & Zetzsche, 1987
  • Aulonocara brevirostris (Trewavas, 1935) >>> Aulonocara brevirostre (Trewavas, 1935)
  • Aulonocara chipokae (Johnson, 1975) >>> Melanochromis chipokae Johnson, 1975
  • Aulonocara ethlewynnae Meyer, Riehl, & Zetzsche, 1987 >>>  Aulonocara ethelwynnae Meyer, Riehl, & Zetzsche, 1987
  • Aulonocara huserai Meyer, Riehl, & Zetzsche, 1987 >>> Aulonocara hueseri Meyer, Riehl, & Zetzsche, 1987
  • Aulonocara kandeense Tawil & Allgayer, 1987 >>>  Aulonocara maylandi kandeensis Tawil & Allgayer, 1987
  • Aulonocara kandeensis Tawil & Allgayer, 1987 >>>  Aulonocara maylandi kandeensis Tawil & Allgayer, 1987
  • Aulonocara korneliaea Meyer, Riehl, & Zetzsche, 1987 >>> Aulonocara korneliae Meyer, Riehl, & Zetzsche, 1987
  • Aulonocara macrochir Trewavas 1935 >>> Aulonocara rostratumTrewavas, 1935 
  • Aulonocara macrocleithrum (Stauffer & McKaye, 1985) >>> Alticorpus macrocleithrum (Stauffer & McKaye, 1985)
  • Aulonocara maylandi maylandi Trewavas, 1984 >>> Aulonocara maylandi Trewavas, 1984
  • Aulonocara maylandi (non Trewavas, 1984) >>>  Aulonocara maylandi kandeensis Tawil & Allgayer, 1987
  • Aulonocara microstoma (Trewavas, 1935) >>> Trematocranus microstoma Trewavas, 1935
  • Aulonocara nyassae (non Regan, 1922) >>> Aulonocara guentheri Eccles, 1989 
  • Aulonocara nyasensis Regan, 1922 >>> Aulonocara nyassae Regan, 1922
  • Aulonocara rostrata Trewavas, 1935 >>> Aulonocara rostratum Trewavas, 1935 
  • Aulonocara trematocephala (Boulenger, 1901) >>> Aulonocara trematocephalum (Boulenger, 1901)

Noms provisoires d’espèces non décrites

Appellations commerciales

Bibliographie

  • Ad Konings – Les Cichlidés du Malawi dans leur milieu naturel – 4ème édition – Cichlid Press
  • Ad Konings – Les Cichlidés du Malawi dans leur milieu naturel – 3ème édition – Cichlid Press
  • Ad Konings – Les Cichlidés du Malawi dans leur milieu naturel – 2ème édition – Cichlid Press
  • Ad Konings – Le guide Back to Nature des Cichlidés du Malawi – 2ème édition  – Cichlid Press
  • Ad Konings – Une révision des espèces sabulicoles du genre Aulonocara – le Cichlidés Yearbook vol. 5  – Cichlid Press
  • J-M Oubloup – Aulonocara – RFC n°134, décembre 1993
  • Vincent Soliveres – Aulono-passion : Les Aulonocara ou l’histoire d’une passion – RFC n° 251, p.16 – Association France Cichlid

Autres ressources sur le web